Témoignages

L’IMPORTANCE DE L’ENGAGEMENT ENVERS SOI-MEME.

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien !

Comme promis je vous écris un nouvel article en lien avec ma deuxième séance de coaching qui a eu lieu jeudi dernier.

L’intention première de mes récits est d’être la plus transparente avec vous, de vous montrer aussi bien la vitrine (ce qui se passe bien), que l’arrière-boutique (mes doutes, mes difficultés…). Pour faire court et simple (et surtout pour ne pas m’écarter du sujet principal), ma semaine a été éprouvante et, ce faisant, dans plusieurs domaines de ma vie. Je me suis laissé emporter dans un véritable ascenseur émotionnel, ce qui a entrainé chez moi rapidement un petit cercle vicieux (perte d’énergie, irritabilité, fatigue…), et je n’ai pas rempli les missions qui m’avaient été confiées par ma coache. Ce n’est pas grave et zéro culpabilité, car pour ma part, nous sommes des êtres humains aussi bien physiques, intellectuels, spirituels, émotionnels, et nous nous adaptons du mieux que nous pouvons avec ce que nous avons.

Que s’est-il passé d’important pendant cette séance ?

Le coaching n’est pas une science exacte, c’est un processus comme je vous l’ai expliqué dans mon premier article, qui vous permet de vous accompagner dans des projets quels qu’ils soient. Mais, l’élément principal qui va être impactant et qui va incontestablement changer votre vie, est l’engagement envers vous-même.

Lors de l’accompagnement avec les-sens-coaching, j’ai compris par l’entretien conversationnel avec ma coache, qu’en ne faisant pas les exercices simples qui m’avaient été demandés de réaliser pour la séance suivante (et surtout pour moi-même), c’était en quelque sorte, renoncer à faire un premier pas vers mes objectifs (choisir, être écoutée et suivre mes envies), et par conséquent de faire une croix sur mon rêve de vivre ma propre existence.

Je vais vous mettre à l’aise, je n’ai été ni grondée ni punie (c’est l’avantage du coaching contrairement à ce que je pouvais vivre à l’école), elle m’a simplement fait comprendre qu’il était important de tenir son engagement pour sa propre personne, afin d’atteindre son but final.

Je vous parle ici d’engagement envers soi-même, car lorsque l’on s’offre des séances de coaching, ce n’est pas un contrat qui est signé avec l’entreprise, mais c’est un contrat de respect envers soi-même, c’est tisser une relation de confiance avec soi-même et, le plus important, cela fait naître l’estime de soi. Plus nous nous engageons à faire des choses qui nous tiennent à cœur, plus on a envie de les faire et plus cela devient normal et facile de les faire. Cela donne une valeur ajoutée à notre être et nous donne énormément d’élan pour mener à bien nos projets, peu importe le domaine concerné.

Mais pourquoi est-ce important d’évoquer cette « semaine éprouvante » en préambule ?

Tel qu’indiqué en tout début d’article, ma semaine a été riche en rebondissements, ce qui a laissé place à une séance intense, voire inconfortable pour moi au début, car en n’ayant pas fait mes exercices, j’ai tout de suite ressenti comme un « syndrome de la mauvaise élève » (ceci est uniquement ce que j’ai ressenti par rapport à mes croyances). J’ai tout d’abord été submergée par un sentiment de tristesse, j’ai même pensé à arrêter la séance malgré la bienveillance de ma coache qui, par ailleurs, avait pressenti dès le début de la visioconférence que quelque chose n’allait pas. Pointant le doigt sur mon état, elle décide après lui avoir expliqué ma semaine) de m’aider à transformer cet état interne désagréable lié à de fausses croyances, avec un outil très puissant de PNL (programmation neuro linguistique) qui s’appelle « l’auto-ancrage ».

En effet, l’auto-ancrage est une technique rapide et efficace qui aide à retrouver ou renforcer un état positif, donc très intéressant pour mieux gérer ses émotions et surtout pour changer sa perception face à une situation (tout dépend de cette dernière bien évidemment).

Dans un premier temps, il s’agit d’accueillir toute émotion que vous traversez et sans jugement, car, je tiens à mettre l’accent sur le fait que nous sommes des êtres humains, mais nous ne sommes pas nos émotions, par exemple, ce n’est pas parce que vous êtes souvent en colère que vous êtes colérique, vous traversez « juste » un moment de colère. Puis dans un deuxième temps, la coache applique les étapes qui permettent cet auto-ancrage en m’invitant à choisir l’état positif que je cherche à renforcer, rechercher un souvenir pour monter en puissance, à associer mon souvenir avec cet état et enfin, trouver un geste simple (j’ai serré le poing droit) pour pouvoir ancrer le tout dans l’ensemble de mon corps, mon cœur et mon esprit. Cela m’a énormément aidé, après cet exercice, je me suis sentie calme, plus sereine et plus légère. Dans cet exercice, le geste a toute son importance, car c’est moi qui l’ai choisi et dès lors que je voudrais à nouveau me sentir calme, j’aurais seulement à le refaire (je vous conseille de le répéter chaque pour plus d’efficacité).

Après vous avoir dit tout cela, je conclurai en vous disant tout simplement que le coaching peut être une belle porte à ouvrir avec un bel endroit à visiter à l’intérieur, c’est-à-dire vous-même, il suffit juste de vous autoriser à prendre la clef…

En attendant je vous souhaite le meilleur, de prendre du temps pour vous, car « Prendre du temps pour soi, c’est s’accorder de l’importance ». (Cédric Michel, conteur de méditation)

Partager l'article

Articles récents

Témoignages Je crains de prendre l’autoroute seule ! Anonyme Alexandra, 30 ans, vit avec des crises d’angoisses depuis maintenant 15 ans. Un …

Stella a interrompu ses études après le bac, son bagage linguistique lui permis de trouver un poste chez un tour opérateur, elle négocie les voyages au téléphone avec sa mappemonde qui s’éclaire et démarche les comités d’entreprise pour placer ses programmes.

Du cocon au papillon

contact@les-sens-coaching.fr